Quand la fraternité révèle sa vraie connotation : la complicité


Bébé / lundi, juin 10th, 2019

Depuis que Gabriela est née, mes attentions se sont tournées essentiellement vers elle.  Tous les parents qui sont passés par-là, savent comme on peut souffrir du sentiment « d’abandonner » l’aîné et comme il faut parfois serrer les dents parce qu’on a pas trop le choix : le plus faible est celui qui a le plus besoin qu’on s’occupe de lui.

Rassurez-vous, j’essaye de trouver, chaque jour, un moment pour tout le monde, mais malgré ça, Valentina a très mal vécue l’arrivée de sœur. Quelques jours après le retour à la maison, elle a réalisé que le « bébé » (comme elle l’appelle), restera pour toujours avec nous.  Ça ne lui a pas vraiment plu et ma fille a complètement changée du jour au lendemain.  Elle m’a parue soudainement plus grande, plus colérique, plus agressive par moment, en me laissant beaucoup de nostalgie de nos moments à deux.
Valentina a grandi, elle a deux ans et tout ça a coïncidé avec l’arrivée du nouveau membre de la famille.  Ce bébé qui demande beaucoup d’attention et n’apporte pas grand chose à ses yeux, mise à part le fait qu’elle lui a enlevé le cèdre.

Seulement, depuis quelques jours, la fraternité a révélé sa vraie connotation : la complicité.

Il y a quelques jours justement, j’étais seule avec les filles et je voulais mettre une machine de linge en route.  Valentina jouait de son côté calmement, et j’en ai profité pour déposer Gabriela sur une couverte au sol, à côté de moi.
Tout à coup, Valentina s’est approchée d’elle et a commencé à lui faire des gestes avec les mains tout en prononçant des petits cris aigus (exactement ceux que nous faisons, nous adultes, pour faire sourire les bébés).  Gabriela s’est mise à lui faire d’immense sourires et a agité ses jambes dans tous les sens.  Plus elle souriait et bougeait, plus sa sœur continuait a crier et agiter les mains.
C’est exactement à ce moment-là que l’étincelle s’est allumée.  La connexion entre elles s’est faite et depuis ce jour, plus rien n’est pareil.

Depuis ce jour, cette scène se répète.  Chaque matin, Valentina se lève et demande où est bébé et chaque soir, elle lui souhaite une bonne nuit.  Elle lui parle, l’embrasse … La tendresse a pris le dessus et moi, je suis enfin apaisée.  Il y a encore quelques rechutes parfois, mais rien d’alarmant.
C’est ce que je souhaitais pour elles et j’assiste, émue, à ce nouvel amour qui est en train de naître.

 

 

Cinq conseils pour gérer l’arrivée d’un deuxième bébé (avant et après la naissance)

– Expliquer l’arrivée du futur bébé à l’ainé, avant la naissance.  En parler quand le ventre s’arrondit si l’enfant est petit pour qu’il puisse, plus ou moins, réaliser.  Répondre aux questions, laisser les enfants s’exprimer.  Souvent, ils ne réalisent pas vraiment et c’est plutôt à la naissance que le déclic se fait.

– Lire des livres, raconter des histoires.  Il en existe des rayons entiers qui traitent de la grossesse, de la fraternité, de la jalousie, …
Voici quelques exemples :

– Impliquer l’aîné dans la mesure du possible.  Au moment du change ou du bain, par exemple.  Parfois de simples petits gestes comme donner la tutute ou ouvrir le lange au moment du change.  Vous pouvez aussi l’impliquer avant la naissance.  Il peut par exemple, vous aider à préparer la chambre, ce qui lui permet de déjà s’imaginer où sera la place du bébé quand il arrivera.

– Jouer.  Les jeux de rôles permettent aux enfants d’assimiler les sentiments et les émotions qu’ils ressentent, et ça peut-être utile de le faire plus souvent dans ces moments-là.

– Remplir le réservoir d’amour plus souvent et plus que jamais.  Un bébé demande beaucoup d’attention mais rien n’empêche de passer du temps de qualité avec les plus grands, de leurs dire plus souvent des mots d’amour, de faire plaisir, de rassuré et de câliner.

Si vous avez encore d’autres conseils à partager, n’hésitez pas à les laisser en commentaires.

 

 

 

« Je les ai aidé à se connaître, mais ils se seraient rencontrés de toutes manières.  Le destin fonctionne comme ça.  L’amour, quand il coule librement, surmonte tous les obstacles. »
Brian Weiss

 

A bientôt, Estefania

Rendez-vous sur Hellocoton !
Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *