Patience et amour


Maman / mardi, mars 12th, 2019

Un mois est passé depuis la naissance de Gabriela, et nous sommes encore en train de nous adapter à notre nouvelle vie à quatre.  Nous n’allons pas le nier plus longtemps, Mesdames et Monsieur, c’est un boulot un temps plein et j’arrive souvent à la fin de la journée (et de la nuit) avec l’impression d’avoir couru les 100 mètres lisses !!

Tout à coup, les espaces dans la maison paraissent plus petits, Valentina plus grande, les nuits plus longues et les journées plus courtes.  La maison s’est remplie d’amour et Gabriela est venue compléter notre famille, un peu comme la quatrième feuille d’un trèfle, pour notre plus grand bonheur !

Vous avez été nombreux à me demander comment Valentina avait réagi à l’arrivée de sa soeur …
Quelques heures après l’accouchement, elle était la première à me rendre visite. Elle est entrée dans la chambre et a directement été voir Gabriela qui était dans les bras de son papa.  Elle n’arrêtait pas de dire « bébé bébé » et voulait la prendre et l’embrasser.  Elle paraissait si heureuse … J’ai pensé que le plus difficile était derrière nous et qu’elle avait accepté l’arrivée de sa soeur sans trop de problèmes.  J’avais tort !

 

 

Je ne veux pas faire un drame de la situation, mais à part les nuits qui sont difficiles à gérer à cause de la fatigue intense qui les accompagne, le plus dur, c’est Valentina.  J’avais entendu parlé de la jalousie après l’arrivée d’un petit dernier, mais je n’étais pas préparée à ça.  Personne ne m’avait dit que du jour au lendemain, le caractère de ma fille changerait complètement, personne ne m’avait parlé de sa tristesse.. Je ne savais pas que je devrais défendre mon bébé d’un éventuel excès de colère de la part de sa soeur, qui se traduit souvent par un peu d’agressivité…
Parfois, quand je donne à manger à Gabriela, je la vois me regarder, au loin, et je peux voir dans ses yeux un peu de tristesse.  Ca me brise le coeur.
Quelques jours après notre arrivée à la maison, j’ai senti que les choses avaient changées et j’ai eu peur de perdre la magie qu’il y avait entre nous.  Je n’arrivais pas à sortir cette pensée de ma tête.  Heureusement, les choses s’améliorent petit à petit…

Sur le plan affectif, je continue à lui donner la même chose, mais nos habitudes se sont un peu adaptées aux nouvelles exigences, et même si je ressens beaucoup de bonheur avec l’arrivée de Gabriela, je ne peux pas m’empêcher de ressentir de la culpabilité pour Valentina.

Alors je lui explique, encore et encore.  Tous les soirs avant de dormir.  Je lui répète que je l’aime, que je les aime.  Je sais qu’avec la patience, le temps et beaucoup d’amour, la tempête finira par se calmer.

 

L’autre jour, elles se sont endormies toutes les deux sur moi et j’ai pensé que la vie nous avait fait un merveilleux cadeau.  A nous, mais aussi à elles en leur offrant à l’une et à l’autre, une soeur, une amie pour la vie.

 

 

Je voulais aussi vous remercier… Parce qu’il n’y a pas un seul jour sans que je ne reçoive un mot gentil de votre part, un encouragement, un « tu fais ça bien » ou un « ça va aller ».  Le soutien est tellement important dans cette période de post-partum où le sommeil et la chute hormonale prennent, bien souvent, un peu trop de place… MERCI.

 

A bientôt, Estefania.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Please follow and like us:

10 réponses à « Patience et amour »

  1. Bonjour,
    Je découvre le blog et merci pour ce texte. Nous sommes également en plein dans cette situation : mon fils de 3 ans fait le bébé, ne veut pas me lâcher. Sa petite soeur a 6 semaines et j’ai souvent l’impression de ne pas faire bien ni pour l’un ni pour l’autre, d’être partout à la fois et rarement à 100% avec l’un ou l’autre…je culpabilise pas mal. J’imagine qu’il va falloir encore du temps pour que tout fonctionne bien.

    1. Merci Margaux pour le commentaire et le partage… Courage, il faut du temps oui. Ici, il y a des jours plus simples que d’autres et j’essaye justement ne pas trop culpabiliser. Vous lui avez fait un beau cadeau à votre fils et bientôt il le réalisera 🙂
      Bonne soirée.
      Estefania

  2. Coucou estefania, quelle jolie famille !
    N’hésites pas à dire à valentina que ce n’est pas toujours gai pour elle d’avoir une petite sœur, qu’elle n’est pas obligée d’aimer sa sœur. Et que tu la comprend. Elle se sentira peut être comprise et c’est tellement important. Prends des moments que pour valentina. Elle en a besoin. Courage.

  3. Coucou, que d’amour ! Vous êtes magnifiques 🙂 Courage pour Valentina je n’ai pas l’expérience du deuxième enfant rapproché mais je suis sure que ça s’améliorera avec le temps elle est si petite encore. Bisous, Jessica

  4. Que vous êtes belles toutes les 3 <3
    Mes deux derniers ont 21 mois d'écart. Je n'ai pas de solution magique, j'essayais juste de câliner le "grand" quand je nourrissais le petit, de lire une histoire tout en donnant le biberon, d'expliquer, comme tu le fais, que l'amour dans le coeur des parents grandit avec l'arrivée d'un nouvel enfant… Ce qui compte c'est la sollicitude parentale, plus que le résultat, comme le dit Charlotte ! Bon courage pour traverser cette belle et difficile période, et ne doute pas de ce que tu fais : tu le fais bien 🙂

  5. J’imagine comme ça doit être des sentiments complexes à gérer.. Les ressentis qui habitent un ainé à l’arrivé d’un nouvel enfant peuvent être très difficiles à gérer. Mais tu sais quoi ? Je suis certaine que ca va aller pour vous. Pourquoi ? Car tu le remarques, l’observes, tu fais attention à elles deux, tu leur démontres ton amour. Tu es là tout simplement. Et ça, Valentina le sait et le ressent. Et ton amour l’aidera à surmonter les sentiments qui l’habitent et à conjuguer avec ce nouveau schéma familial. Le temps sera votre ami.
    Et puis, comme tu le dis, tout arrive pendant cette fameuse période du post-partum.. Ce qui n’allège rien.
    Tu vas y arriver. Vous allez y arriver. Ca va aller. ❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *