Premiers secours pédiatriques : les gestes qui sauvent


Slowlife / mercredi, mai 9th, 2018

Il y a quelques semaines, j’ai assisté à une formation en premiers secours et réanimation pédiatrique organisée par la Croix-Rouge de Belgique.

Depuis que je suis devenue maman, j’ai beaucoup de mal à gérer mes petites crises de panique à chaque fois que Valentina tombe, se cogne, … Je pense que vous savez bien de quoi je parle 😉 Ici, mes réactions sont parfois exagérées et je me rends compte qu’elles me tétanisent au point de ne plus savoir agir.

Je ne vous raconte pas la peur que j’ai ressentie quand l’autre jour, elle a fait mine de s’étrangler avec un mini bout de pain ! Ça n’a duré que quelques secondes.  Un peu de toux, beaucoup de grimaces, et moi j’étais dans tous mes états !! Evidemment, il n’y avait rien de grave … Plus de peur que de mal.

Il y a quelques semaines, je suis tombée sur cette formation en premiers secours et réanimation pédiatrique et convaincue que rien n’arrive pas hasard, je me suis inscrite sans hésiter ! Cette formation m’a apporté beaucoup de réconfort.  Elle m’a aussi permis de faire la part des choses, d’éliminer beaucoup de fausses croyances et donc pas mal de stress « pour rien ».

Ceci étant dit, sachez que ce n’est pas l’article le plus drôle que j’ai pu écrire et que j’ai longuement hésité, car je ne suis pas médecin et que je n’ai aucune formation professionnelle dans le domaine.  Je partage avec vous ces premiers gestes qui sauvent des vies tout en se rappelant qu’ils sont à titre informatif et qu’un avis médical reste toujours indispensable dans toutes situations.

 

***

 

Si vous avez l’impression ou remarquez que votre bébé « n’est pas comme d’habitude« , alors c’est un des premiers signe à prendre en compte !

Faites confiance à votre instinct et n’hésitez pas à consulter ou à appeler les secours si quelque chose vous parait anormal.

 

MON ENFANT EST-IL EN DÉTRESSE RESPIRATOIRE ?

Avant tout, il faut rappeler qu’un bébé ou un enfant ne sait pas toujours exprimer la douleur.  Cependant, vous pourrez savoir s’il y a un souci au niveau de sa respiration en observant tout d’abord son état général et sa conscience.  Un enfant qui ne parvient pas à respirer correctement fera des mouvements de la tête pour chercher de l’air.  Il peut avoir un regard anxieux, être épuisé et ne plus montrer d’interaction quand vous lui parlez.

Observez aussi son thorax, s’il se creuse à chaque inspiration et que son ventre se gonfle, si les ailes du nez battent plus fort, si la respiration est bruyante et rapide (+ de 30 fois par minute), …. Il se peut qu’il soit en détresse respiratoire !

Enfin, observez sa peau.  La température et la couleur.  Toute anomalie est à prendre en considération.

 

QUE FAIRE EN CAS D’INTOXICATION ?

Dans certains cas, les causes sont alimentaires.  Personne n’est à l’abri d’un produit pas frais, même les plus petits… Je ne dois pas vous dire que si cela arrive, il vaut mieux contacter un pédiatre ou les urgences en fonction de la gravité des symptômes.  Malheureusement dans la majorité des cas, les intoxications sont dues à l’ingurgitation de produits toxiques et de médicaments et ici, il est important d’agir vite et bien.

Avant tout, regardez l’état général de votre petit.  S’il perd connaissance, appelez les secours.  Si non, téléphonez sans attendre et dans tous les cas au Centre Anti-Poison !  Le centre anti-poison vous demandera son âge, le nom du produit à l’origine de l’intoxication, quelle quantité a été ingérée (en cuillères à soupe, à café, le nombre de comprimés…), ce qu’il s’est passé et si il y a des symptômes de malaise. En fonction de vos réponses, les experts du centre vous diront ce que vous devez faire.

Attention aussi à ne jamais faire vomir l’enfant ou lui donner du lait ou prendre tout autre décision sans l’avis d’un expert !  Enfin, la meilleure prévention restera de mettre les médicaments et produits dangereux hors de portée des plus petits 😉

 

 

Les numéro du Centre Anti-Poison en France : http://www.centres-antipoison.net/

 

QUELS SONT LES BONS RÉFLEXES FACE AUX CONVULSIONS HYPER – THERMIQUES  ?

Précisons d’abord que les convulsions hyper-thermiques sont dues à une température élevée, mais surtout à une élévation rapide de la température corporelle.  Le petit cerveau du bébé, encore immature, peut avoir du mal à supporter l’élévation rapide et il se met à convulser.  Tout le corps se tend et se met à trembler.  Après la convulsion, l’enfant perd généralement connaissance.

Tout d’abord, il est primordial de protéger l’enfant, le mettre en lieu sûr afin d’éviter qu’il ne tombe ou se blesse.  Ensuite, il faudra le déshabiller et mettre un linge imbibé d’eau tiède sur son corps afin de faire chuter la température le plus vite possible.

Après la convulsion, s’il a perdu connaissance, vous pouvez le coucher sur le dos, mettre sa nuque en arrière et soulever son menton pour dégager ses voies respiratoires et l’aider à reprendre connaissance tout doucement.

 

COMMENT DÉGAGER LES VOIES RESPIRATOIRES EN CAS ÉTOUFFEMENT ?

Les cas d’étouffement ne sont pas rares, mais ceux qui se « terminent mal » n’arrivent vraiment pas souvent.  Heureusement !  Si vous avez l’impression qu’un enfant s’étouffe, mais qu’il est encore capable de tousser, alors pas de panique.  Quand on tousse, on émet un son, et pour émettre un son, il faut de l’air.  La toux est donc un bon signe puisqu’elle nous confirme que votre bébé respire.

Si par contre, il ne peut produire aucun son et que vous voyez qu’il s’étouffe, il faut agir vite !

APPELER LE 112.  En attendant l’arrivée des secours, voilà ce que vous devez faire…  

– Posez-le sur votre bras, visage face au sol.  La tête et le corps inclinés vers le bas (pour faire agir la force de gravité, et faire ressortir ce qui est resté coincé).  Tapez 5 fois dans le dos avec toute votre main, entre les omoplates.

 

 

– Si ça ne suffit pas, retourner l’enfant sur votre bras.  La tête et le corps toujours inclinés vers le bas et compressez le thorax avec deux doigts à hauteur des seins, 5 fois.

 

 

– Recommencez jusqu’à ce que le morceau coincé sorte.

 

Si ça ne suffit pas et qu’il perd connaissance…

– Couchez-le sur le dos, à plat.  Mettez sa nuque en arrière et soulevez son menton pour dégager ses voies respiratoires.

– Faites 5 ventilations par la bouche et enchaînez avec 30 compressions thoraciques à hauteur des seins, avec deux doigts.

– Répétez, mais cette fois-ci faites seulement 2 ventilations et 30 compressions thoraciques.

 

 

Répétez et répétez sans vous arrêter jusqu’à l’arrivée des secours et/ou jusqu’à ce que quelqu’un prenne la relève …

Voici une petite vidéo pour illustrer les explications : https://www.youtube.com/watch?v=IlOb7sKBCOs. 

 

Comme je vous l’ai dit plus haut, après beaucoup d’hésitation j’ai quand même décidé de partager ces quelques lignes avec vous.   Après la naissance d’un enfant, on ressort de l’hôpital avec un tas d’informations utiles sur le bain, le change, la température, l’alimentation, le sommeil, … Aujourd’hui, beaucoup de formations proposent aux futurs papas et mamans d’apprendre les gestes du quotidien, propose des formation pour apprendre à porter bébé, à le masser… Mais il est plus rare, voir inexistant qu’on nous forme spontanément aux premiers secours pédiatriques.  Que vous soyez donc comme moi stressé ou non, si vous avez l’occasion de participer à une formation en premiers soins pédiatriques, je vous conseille vraiment de le faire.  Vous aurez l’occasion de pratiquer sur des faux bébés, mais qui sont de vraies reconstitutions avec des personnes qui sont vraiment à l’écoute et répondent à toutes vos questions.

 

« Notre capacité suit le même chemin que notre confiance. »

William Hazlitt

A bientôt, Estefania.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Please follow and like us:

Une réponse à « Premiers secours pédiatriques : les gestes qui sauvent »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *